Rassemblement en hommage aux 5 chiens noyés à Flers

Discours prononcé lors du rassemblement : 

Nous sommes réunis ce jour afin de rendre hommage à Zoé, César et aux 3 autres victimes retrouvées noyées dans les douves du château de Flers en Novmbre 2017 mais aussi à tous ces animaux victimes de la cruauté humaine.

Brûlés vif, tués à coup de marteau, empalés, défenestrés, trainés sur plusieurs kms, mort de faim et de soif la liste des sévices subis par par les animaux ne cesse de s’allonger et nous laisse sans voix.

 

En réponse à cette cruauté, notre justice n’est clairement pas à la hauteur.

 

Alors que l’Article 521-1 du code pénal prévoit que « Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité » est puni de 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende, ce jugement n’est que trop rarement rendu.

Nous avons tous à l’esprit le nom du Fuji, berger allemand brûlé vif ou celui de Little Boy, Cane Corso qui après avoir été attaché, fut poignardé à plusieurs reprises, éviscéré et empalé.

Les peines prononcées en 2018 furent :

  • 18 mois d’emprisonnement dont 9 mois avec sursis pour l’affaire Fuji

  • 9 et 12 mois de prison ferme pour les tortionnaires de Little Boy

Sanctions dérisoires face à tant de barbarie.

C’est pourquoi à l’occasion de ce rassemblement nous souhaitons interpeller les autorités face à ce manque de considération et de répression de la maltraitance animale.

Nous demandons plus de justice pour les animaux et proposons des mesures facilement applicables :

  • La stricte application des sanctions prévues par l’article 521-1 du code pénal ainsi que l’interdiction systématique de détention d’un animal à vie.

 

  • La création d’un fichier national dédié aux actes de maltraitances

Animales.

 

  • La mise en place d’unité de police et de gendarmerie, dans chaque département, chargées de la protection animale.

Ces unités dédiées de police et de gendarmerie sont indispensables pour faire face à la maltraitance animale, car si les actes de cruauté envers les animaux sont de plus en plus médiatisés et font l’objet de poursuite, la maltraitance quotidienne subi par les animaux n’est que trop peu sanctions.

Qu’elle soit le fait d’actes intentionnelles ou non, comme mentionné dans les articles 651-1 et 653-1 du code pénal, ces délits quotidiens restent trop souvent classés sans suite par manque de considération et de sensibilisation de nos élus, nos forces de l’ordre et nos magistrats.

En 2017, la SPA à enregistré un nombre record de signalement de maltraitance avec 8937 enquêtes réalisées par ces services c’est 36% de plus par rapport à 2016.

Nos systèmes judiciaire et législatif doivent prendre les mesures nécessaires afin d’apporter des réponses concrètes et rapides pour lutter contre la maltraitance animale.

Considérer comme des biens dont on se débarrasse à la moindre occasion, des jouets achetés pour faire plaisir aux enfants, comme objet de divertissement ou marchandise n’ayant que pour but de nous nourrir ou nous vêtir, notre rapport à l’animal doit évoluer, nos mentalités doivent changer et nous sommes réunis aujourd’hui pour demander à nos décideurs politiques d’agir afin de faire évoluer la condition animale au sein de notre société.

Merci de votre présence

LA PRESSE EN PARLE

ARTICLE OUEST FRANCE

ARTICLE L'ORNE COMBATTANTE

NOUS SUIVRE 

  • Facebook - Grey Circle

NOUS CONTACTER

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now